2018 12 21 – Cap Horn entre deux coups de vent

2018 12 21 – Départ de Puerto Williams. Arrêt à Puerto Toro pour la nuit.

Canal Picton. Courtoisie Jerry Swift

 

Puerto Toro. Courtoisie Peter Goodier

 

2018 12 22 – À l’ancre Caleta Martial, Île Herschel, Archipel des Wollaston. Le vent forcit, rafales à 45 noeuds et plus. Nous attendons.

2018 12 23 – À 0600, nous faisons le tour du Cap Horn durant une courte période de calme. Houle résiduelle ~3m.

Cape Horn. Courtoisie Jerry Swift

2018 12 23 – Retour Caleta Martial. Au moteur, car le vent forcit rapidement. Durant la nuit, rafales à 50 noeuds et plus. Nous attendons de nouveau.

Caleta Martial, voilier Vahiere dans 40 noeuds. Courtoisie Jerry Swift.

2018 12 14 – À 1900, nous mettons cap au nord, vers Puerto Toro et Puerto Williams. Le vent est tombé à 25 noeuds, rafales 30 noeuds.

voilier sonabia

Article de Jerry Swift: www.unmondedaventures.fr

Page d’accueil sonabia.org

2016 01 29 – Cap Horn, 400 ans

Le 29 Janvier 1616, le Cap Horn a été découvert par  Willem Schouten et Jacob Le Maire commandant les navires Eendracht y Hoorn. Le Cap a été baptisé en honneur à la ville de Hoorn, aux Pays Bas.

400 ans après, la Marine Chilienne a célébré l’évènement, et le voilier Sonabia a été invité.

Carlos Guevara, photographe Chilien avec sa femme et sa fille, Sylvie et Damien ont formé l’équipage de cette belle navigation.

Le récit de Carlos (en espagnol): Navegando a vela en Cabo de Hornos, una aventura para el recuerdo.

Photos courtoisie de Carlos Guevara Vivanco

Photos courtoisie de Damien Lochon

voilier sonabia       

Page d’accueil sonabia.org

2020 03 09 – La dernière nage de la baleine sei

2020 03 09, Puerto Williams, Cabo de Hornos, Chile

12:30 – Une baleine est échouée dans le  Seno Lauta, en face du Club de Yachts Micalvi, juste à côté du voilier Sonabia.

C’est une baleine sei, de 12m ou plus. Elle saigne. La marée est basse, elle ne peut pas passer.

Nous déplaçons 3 bateaux pour libérer le passage. Un moment plus tard, elle réussit à faire demi tour et nage librement. Mais elle s’échoue de nouveau, cette fois sur l’autre rive du Seno Lauta.

Des orques patrouillaient et elles attaquent. La baleine essaie de s’échapper mais n’y arrive pas. À  17:00 elle est morte. La marée est presque haute, elle est sous l’eau. Les orques continuent à la dévorer.

 

Page d’accueil sonabia.org